Derrière le nom de Bonnefamille, se cache Benoit Coulomb, producteur musical et ex Cinéma Pour Adulte.

Passé par la case de la formation classique en tant que petit chanteur, il découvre ensuite le rock grâce aux disques de son père ( notamment « 2 » de Led Zeppelin ). Mais sa première rencontre avec la musique électronique se fait par le truchement du métal dans les années 90. Benoît est alors chanteur dans un groupe et son bassiste commence à expérimenter les boîtes à rythmes.Une révélation pour Benoît qui quitte rapidement le groupe pour créer sa propre musique : « « Pour moi, c’était une évolution naturelle. Je n’avais plus de dépendance, je pouvais enfin composer en totale autonomie. J’y ai trouvé une forme absolue de liberté dans ma création musicale. Après avoir passé tant d’années à gueuler dans un micro sans nuance, il était temps d’en apporter dans ma musique ».

Après une belle expérience en duo dans Cinéma Pour Adulte, Benoit aspire à explorer encore plus intensément la notion de production et de création. Il retourne donc aux sources de la musique pop et de la musique électronique avec son projet solo Benoit de Bonnefamille. Le principe ? Jouer avec les codes de la pop tout en tissant un canevas résolument électro.

On y retrouve les influences de la musique électronique à travers les synthés, les séquenceurs et boîtes à rythmes. Mais aussi le respect des codes de la pop qui passe par le chant et les thèmes abordés : les sentiments amoureux, la rupture, les rencontres, le fantasme…

Une pop oscillant délicatement entre la joie de vivre et une certaine mélancolie. Les lignes de synthés fournissent un son suranné, un peu comme une madeleine de Proust auditive: « c’est une forme de contemplation tragique mais aucunement triste : une façon de dire « c’est la vie ! ». » Et cette atmosphère nous projette dans le souvenir, un état qui donne envie de retourner dans un moment passé tout en savourant le plaisir de ne pas y être coincé pour toujours.